Entre discours et action : les paradoxes de la politique du logement

Séance du 12 mars 2018
Proposée par Yannick Henrio, Aurore Reynaud et François Rochon

PRINCIPE GENERAL
La séance se déroule en deux parties. Dans un premier temps, les trois doctorants à l’initiative de la séance présentent les chercheurs invités, les raisons pour lesquelles leurs travaux entrent en résonnance avec leurs projets de thèse, puis exposent chacun une étude de cas qui interroge un aspect de la politique du logement, soulevant des paradoxes entre discours et action. Après une courte pause, un deuxième temps s’organise autour des présentations des deux chercheurs invités, suivie d’une discussion avec l’ensemble des participants au séminaire.

SUJET DE LA SEANCE
Il est souvent préféré de considérer les politiques du logement au pluriel, afin de mettre en relief leurs multiples objectifs directeurs, pouvant s’opposer, voire même se contredire (transition énergétique mais construction moins chère par la simplification des normes, par exemple). Ce pluriel permet également de mettre en avant la territorialisation des politiques du logement, suivant le long mouvement de décentralisation, corrélativement à la montée en puissance des collectivités locales.
C’est pourquoi, derrière l’unité apparente du sujet de la politique du logement tel qu’il apparaît dans le débat public, il est utile d’observer et d’analyser les paradoxes sous-jacents, non seulement entre les concepts mobilisés par l’action publique et les modalités de leur mise en œuvre dans les projets locaux, mais aussi à l’échelle nationale dans la confrontation entre la trajectoire de long terme de la politique du logement et le fonctionnement du système, tel qu’observé par les chercheurs.
Pour avancer dans ce questionnement, la séance développera trois études de cas. L’une s’attachera à l’ambivalence du discours sur la mixité sociale, à travers la gentrification organisée d’un quartier par la diversification commerciale, basée sur un discours politique tout autre. La deuxième s’attachera à l’ambivalence du discours sur la patrimonialisation des grands ensemble, confrontée à l’injonction réglementaire de la démolition, pour le déclanchement des subventions. La troisième s’attachera à l’ambivalence de la politique du parcours résidentiel, qui trouve structurellement sa limite dans la spécialisation du parc locatif, influant la mobilité globale des ménages.

Petite bibliographie pour prolonger la réflexion
 
Bezes, P., Siné, A. (dirs.), 2011, Gouverner par les finances publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 523 p.

Bonnal L., Boumahdi R., Favard P., 2012, « Les déterminants de la durée d’accès à un logement social », Revue économique, 63, 4, p. 721‑741.

Bourdieu P., 1990, « Droit et passe-droit: Le champ des pouvoirs territoriaux et la mise en œuvre des règlements », Actes de la recherche en sciences sociales, 81, 1, p. 86‑96.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil (Collection « Liber »), 289 p.

Boussaguet, L., Jacquot, S., Ravinet, P., Muller, P. (dirs.), 2015, Une French touch dans l’analyse des politiques publiques, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques (Gouvernances), 435 p.

Chabrol M., Collet A., Giroud M., Launay L., Rousseau M., Ter Minassian H., Lévy J.-P., 2016, Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam (Études urbaines : Géographie : Sociologie), 357 p.

Chaline C., 2014, Les politiques de la ville, Paris, Presses universitaires de France.

Collet A., 2015, Rester bourgeois: les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, Découverte (Enquêtes de terrain), 282 p.

Deschamps E., s. d., « La politique urbaine du logement : l’objectif de mixité sociale », Revue française des affaires sociales, 3, p. 81‑97.

Fijalkow Y., 2013, « Sociologie des villes, sociologie du logement: Des complémentarités à refonder à la lumière du processus de gentrification », Sociologie et sociétés, 45, 2, p. 177.

Fleury A., Mathian H., Saint-Julien T., 2012, « Définir les centralités commerciales au cœur d’une grande métropole : le cas de Paris intra-muros », Cybergeo.

Giroud M., 2015, « Mixité, contrôle social et gentrification », laviedesidees.fr.

Kirszbaum T., Barou J., Poinsot M., 2006, « La mixité comme critère d’une stratégie d’intégration dans et par le logement ? Entretien avec Thomas Kirszbaum », Hommes et Migrations, 1264, 1, p. 91‑102.

Lapeyronnie D., Courtois L., 2008, Ghetto urbain: ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Laffont (Le monde comme il va), 624 p.

Lévy-Vroelant C., 2004, « Le logement des migrants en France du milieu du 19e siècle à nos jours », Historiens et Géographes, n°385, p. 145‑165.

Lorrain, D. (dir.), 2018, Villes sobres: nouveaux modèles de gestion des ressources, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques (Gouvernances), 358 p.

Tanter A., Toubon J.-C., 1999, « Mixité sociale et politiques de peuplement : genèse de l’ethnicisation des opérations de réhabilitation », Sociétés contemporaines, 33, 1, p. 59‑86.

Tellier T., 2007, Le temps des HLM 1945-1975: la saga urbaine des Trente Glorieuses, Paris, Éd. Autrement (Collection Mémoires Culture), 219 p.

Weill P.É., 2017, Sans toit ni loi ?: genèse et conditions de mise en œuvre de la loi DALO, Rennes, Presses universitaires de Rennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.