Lieux et Enjeux le 10 avril 2018

Faire avec l’extrême précarité résidentielle

La deuxième séance du séminaire Lieux et Enjeux se tiendra le 10.04.18 à l’ENSA Paris-Val de Seine de 14h à 18h, salle 718

Organisé par Sabrina Bresson, Laura Guérin, Claudette Lafaye, Coralie Robert

Dans un contexte de crise migratoire, de crise du logement et d’inégalités croissantes, les formes de précarité résidentielle s’intensifient donnant lieu à des situations de plus en plus extrêmes : bidonvilles, campements, squats. Cette séance envisage le traitement contemporain de cette extrême précarité. Les politiques publiques, les expérimentations sociales, architecturales et urbaines seront au coeur des réflexions, croisant les approches des sciences humaines et de l’architecture. On s’attachera à saisir comment « faire avec » : faire avec ce « problème » public, faire avec les différents acteurs, faire avec les populations concernées, faire avec l’espace.

Intervenants :
Pascale Joffroy (Système B, ENSA Marne-la-Vallée)
Gaspard Lion (Centre de recherches historiques, EHESS, Cerlis, Paris Descartes)
Tommaso Vitale (Centre d’études européennes, Sciences Po Paris)

Programme de l’après-midi :

L’éphémère et le temporaire dans l’architecture et la ville contemporaine

Quelques références bibliographiques pour préparer la séance « L’éphémère et le temporaire dans l’architecture et la ville contemporaine »

Séminaire Lieux et Enjeux // 15.03.18 // l’ENSA PVS de 10h à 17h30 salle 101

Organisateurs : Ahmed Benbernou, Stéphanie Boufflet, Bernard Haumont, Vincent Laureau, Clara Piolatto

Alors que le régime d’historicité dominant semble être celui du présentisme, penchons-nous sur les caractères éphémères ou temporaires de certaines pratiques architecturales et urbaines. D’une part, des dispositifs plus ou moins éphémères de fabrication de la ville et de ses lieux se développent (collectifs de professionnels et de praticiens, élaborations et coproductions participatives, édifications temporaires…), d’autre part, des installations et des constructions s’affirmant comme temporaires (friches, délaissés, squats…) ou considérées comme telles (campements, bidonvilles…) se multiplient.

Intervenants :
Alessia de Biase (ENSA Paris-La Villette, LAA), Claire Bonnet (Les Saprophytes), Stéphanie Boufflet (ENSA Paris-Val de Seine, CRH-LAVUE), Anne Debarre (ENSA Paris-Malaquais, ACS), Alain Guez (ENSA Nancy, LAA), Cyrille Hanappe (ENSA Paris-Belleville, AIR), Bernard Haumont (CHR-LAVUE), Vincent Laureau (ENSA Paris-Val de Seine, CRH-LAVUE), Elise Macaire (ENSA Paris-La Villette, LET), Claire Revol (Université Grenoble-Alpes, PACTE)

Bibliographie

Hartog, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003

IAU Ile de France, L’Urbanisme transitoire. Optimisation foncière ou fabrique urbaine
partagée ?
, Paris, IAU, 2018
en ligne : https://www.iau-idf.fr/savoir-faire/nos-travaux/edition/lurbanisme-transitoire.html

Lefebvre, Henri, Eléments de rytmanalyse, Paris, Syllepse, 1992

Lipovetsky, Gilles, L’Esthétisation du monde : vivre à l’âge du capitalisme artiste, Paris, Gallimard, 2013

Revol, Claire, « La rythmanalyse lefebvrienne des temps et espaces sociaux », Ruthmos, février 2014
en ligne : http://rhuthmos.eu/spip.php?article1102

Rosa, Hartmut, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte, 2012

Proposition bibliographique des intervenants

Anne Debarre, Les voies de traverse des collectifs initiés par de jeunes architectes
Au début des années 2000, se sont constitués des collectifs à l’initiative de jeunes architectes, réunissant des compétences diverses, pour mener autrement et ensemble des projets qui bousculent les représentations conventionnelles de l’architecture. Proches de l’art contextuel, ces projets sont souvent socialement engagés, mobilisant une participation citoyenne. Plus récemment apparus sur le territoire français, d’autres amorcent des démarches similaires dans un contexte de crise, mais aussi un engagement sur des thématiques socio-écologiques. Quels sont les parcours de ces jeunes architectes qui, au sortir des écoles d’architecture qui les ont formés, renoncent au traditionnel salariat en agence ? Quelles sont les stratégies mises en place pour réunir les conditions de la commande ? Quels sont les caractères inédits de leurs projets ? Comment inscrivent-ils leurs activités dans une économie viable et dans la durée ? Nous voudrions montrer que la reconnaissance qu’ont acquise ces collectifs s’accompagne à la fois d’une institutionnalisation de leurs démarches et d’une cristallisation des formes produites : l’expérimentation y est-elle encore présente aujourd’hui ?

Becker Howard S., Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (Arts Worlds, 1982)

Chadoin Olivier, Etre architecte : Les Vertus de l’Indétermination. De la sociologie d’une profession à la sociologie du travail professionnel, Limoges, Pulim, 2007

Debarre Anne, « Un monde émergent de l’architecture : les collectifs en France », Re-vue MALAQUAIS n°3, 2016, p. 43-51

Vincent Laureau, Manifestations du temporaire dans la culture urbaine de Bamako (Mali)
Dans la ville de Bamako se manifestent des rapports espace-temps particulièrement intéressants à observer. On peut entrevoir un véritable processus urbain à travers plusieurs exemples d’occupations successives d’un quartier, grâce à l’étude de différents paramètres : fragilité des matériaux, urbanisation informelle, droit coutumier, saisons, sacralité, exode rural. Ces descriptions lointaines invitent à reconsidérer le rôle du temporaire en ville.

Gallais Jean, Hommes du Sahel, Espace-temps et pouvoir, le delta intérieur du Niger 1960-1980, Paris, Flammarion, 1984

Jackson John Brinckerhoff, A la découverte du paysage vernaculaire, Arles, Actes sud, ENSAP, 2003 (1984)

Lefebvre Henri, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968

Rappel du programme complet de la journée

Entre discours et action : les paradoxes de la politique du logement

Séance du 12 mars 2018
Proposée par Yannick Henrio, Aurore Reynaud et François Rochon

PRINCIPE GENERAL
La séance se déroule en deux parties. Dans un premier temps, les trois doctorants à l’initiative de la séance présentent les chercheurs invités, les raisons pour lesquelles leurs travaux entrent en résonnance avec leurs projets de thèse, puis exposent chacun une étude de cas qui interroge un aspect de la politique du logement, soulevant des paradoxes entre discours et action. Après une courte pause, un deuxième temps s’organise autour des présentations des deux chercheurs invités, suivie d’une discussion avec l’ensemble des participants au séminaire.

SUJET DE LA SEANCE
Il est souvent préféré de considérer les politiques du logement au pluriel, afin de mettre en relief leurs multiples objectifs directeurs, pouvant s’opposer, voire même se contredire (transition énergétique mais construction moins chère par la simplification des normes, par exemple). Ce pluriel permet également de mettre en avant la territorialisation des politiques du logement, suivant le long mouvement de décentralisation, corrélativement à la montée en puissance des collectivités locales.
C’est pourquoi, derrière l’unité apparente du sujet de la politique du logement tel qu’il apparaît dans le débat public, il est utile d’observer et d’analyser les paradoxes sous-jacents, non seulement entre les concepts mobilisés par l’action publique et les modalités de leur mise en œuvre dans les projets locaux, mais aussi à l’échelle nationale dans la confrontation entre la trajectoire de long terme de la politique du logement et le fonctionnement du système, tel qu’observé par les chercheurs.
Pour avancer dans ce questionnement, la séance développera trois études de cas. L’une s’attachera à l’ambivalence du discours sur la mixité sociale, à travers la gentrification organisée d’un quartier par la diversification commerciale, basée sur un discours politique tout autre. La deuxième s’attachera à l’ambivalence du discours sur la patrimonialisation des grands ensemble, confrontée à l’injonction réglementaire de la démolition, pour le déclanchement des subventions. La troisième s’attachera à l’ambivalence de la politique du parcours résidentiel, qui trouve structurellement sa limite dans la spécialisation du parc locatif, influant la mobilité globale des ménages.

Petite bibliographie pour prolonger la réflexion
 
Bezes, P., Siné, A. (dirs.), 2011, Gouverner par les finances publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 523 p.

Bonnal L., Boumahdi R., Favard P., 2012, « Les déterminants de la durée d’accès à un logement social », Revue économique, 63, 4, p. 721‑741.

Bourdieu P., 1990, « Droit et passe-droit: Le champ des pouvoirs territoriaux et la mise en œuvre des règlements », Actes de la recherche en sciences sociales, 81, 1, p. 86‑96.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil (Collection « Liber »), 289 p.

Boussaguet, L., Jacquot, S., Ravinet, P., Muller, P. (dirs.), 2015, Une French touch dans l’analyse des politiques publiques, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques (Gouvernances), 435 p.

Chabrol M., Collet A., Giroud M., Launay L., Rousseau M., Ter Minassian H., Lévy J.-P., 2016, Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam (Études urbaines : Géographie : Sociologie), 357 p.

Chaline C., 2014, Les politiques de la ville, Paris, Presses universitaires de France.

Collet A., 2015, Rester bourgeois: les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, Découverte (Enquêtes de terrain), 282 p.

Deschamps E., s. d., « La politique urbaine du logement : l’objectif de mixité sociale », Revue française des affaires sociales, 3, p. 81‑97.

Fijalkow Y., 2013, « Sociologie des villes, sociologie du logement: Des complémentarités à refonder à la lumière du processus de gentrification », Sociologie et sociétés, 45, 2, p. 177.

Fleury A., Mathian H., Saint-Julien T., 2012, « Définir les centralités commerciales au cœur d’une grande métropole : le cas de Paris intra-muros », Cybergeo.

Giroud M., 2015, « Mixité, contrôle social et gentrification », laviedesidees.fr.

Kirszbaum T., Barou J., Poinsot M., 2006, « La mixité comme critère d’une stratégie d’intégration dans et par le logement ? Entretien avec Thomas Kirszbaum », Hommes et Migrations, 1264, 1, p. 91‑102.

Lapeyronnie D., Courtois L., 2008, Ghetto urbain: ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Laffont (Le monde comme il va), 624 p.

Lévy-Vroelant C., 2004, « Le logement des migrants en France du milieu du 19e siècle à nos jours », Historiens et Géographes, n°385, p. 145‑165.

Lorrain, D. (dir.), 2018, Villes sobres: nouveaux modèles de gestion des ressources, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques (Gouvernances), 358 p.

Tanter A., Toubon J.-C., 1999, « Mixité sociale et politiques de peuplement : genèse de l’ethnicisation des opérations de réhabilitation », Sociétés contemporaines, 33, 1, p. 59‑86.

Tellier T., 2007, Le temps des HLM 1945-1975: la saga urbaine des Trente Glorieuses, Paris, Éd. Autrement (Collection Mémoires Culture), 219 p.

Weill P.É., 2017, Sans toit ni loi ?: genèse et conditions de mise en œuvre de la loi DALO, Rennes, Presses universitaires de Rennes.