L’éphémère et le temporaire dans l’architecture et la ville contemporaine

Quelques références bibliographiques pour préparer la séance “L’éphémère et le temporaire dans l’architecture et la ville contemporaine”

Séminaire Lieux et Enjeux // 15.03.18 // l’ENSA PVS de 10h à 17h30 salle 101

Organisateurs : Ahmed Benbernou, Stéphanie Boufflet, Bernard Haumont, Vincent Laureau, Clara Piolatto

Alors que le régime d’historicité dominant semble être celui du présentisme, penchons-nous sur les caractères éphémères ou temporaires de certaines pratiques architecturales et urbaines. D’une part, des dispositifs plus ou moins éphémères de fabrication de la ville et de ses lieux se développent (collectifs de professionnels et de praticiens, élaborations et coproductions participatives, édifications temporaires…), d’autre part, des installations et des constructions s’affirmant comme temporaires (friches, délaissés, squats…) ou considérées comme telles (campements, bidonvilles…) se multiplient.

Intervenants :
Alessia de Biase (ENSA Paris-La Villette, LAA), Claire Bonnet (Les Saprophytes), Stéphanie Boufflet (ENSA Paris-Val de Seine, CRH-LAVUE), Anne Debarre (ENSA Paris-Malaquais, ACS), Alain Guez (ENSA Nancy, LAA), Cyrille Hanappe (ENSA Paris-Belleville, AIR), Bernard Haumont (CHR-LAVUE), Vincent Laureau (ENSA Paris-Val de Seine, CRH-LAVUE), Elise Macaire (ENSA Paris-La Villette, LET), Claire Revol (Université Grenoble-Alpes, PACTE)

Bibliographie

Hartog, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003

IAU Ile de France, L’Urbanisme transitoire. Optimisation foncière ou fabrique urbaine
partagée ?
, Paris, IAU, 2018
en ligne : https://www.iau-idf.fr/savoir-faire/nos-travaux/edition/lurbanisme-transitoire.html

Lefebvre, Henri, Eléments de rytmanalyse, Paris, Syllepse, 1992

Lipovetsky, Gilles, L’Esthétisation du monde : vivre à l’âge du capitalisme artiste, Paris, Gallimard, 2013

Revol, Claire, “La rythmanalyse lefebvrienne des temps et espaces sociaux”, Ruthmos, février 2014
en ligne : http://rhuthmos.eu/spip.php?article1102

Rosa, Hartmut, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte, 2012

Proposition bibliographique des intervenants

Anne Debarre, Les voies de traverse des collectifs initiés par de jeunes architectes
Au début des années 2000, se sont constitués des collectifs à l’initiative de jeunes architectes, réunissant des compétences diverses, pour mener autrement et ensemble des projets qui bousculent les représentations conventionnelles de l’architecture. Proches de l’art contextuel, ces projets sont souvent socialement engagés, mobilisant une participation citoyenne. Plus récemment apparus sur le territoire français, d’autres amorcent des démarches similaires dans un contexte de crise, mais aussi un engagement sur des thématiques socio-écologiques. Quels sont les parcours de ces jeunes architectes qui, au sortir des écoles d’architecture qui les ont formés, renoncent au traditionnel salariat en agence ? Quelles sont les stratégies mises en place pour réunir les conditions de la commande ? Quels sont les caractères inédits de leurs projets ? Comment inscrivent-ils leurs activités dans une économie viable et dans la durée ? Nous voudrions montrer que la reconnaissance qu’ont acquise ces collectifs s’accompagne à la fois d’une institutionnalisation de leurs démarches et d’une cristallisation des formes produites : l’expérimentation y est-elle encore présente aujourd’hui ?

Becker Howard S., Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (Arts Worlds, 1982)

Chadoin Olivier, Etre architecte : Les Vertus de l’Indétermination. De la sociologie d’une profession à la sociologie du travail professionnel, Limoges, Pulim, 2007

Debarre Anne, « Un monde émergent de l’architecture : les collectifs en France », Re-vue MALAQUAIS n°3, 2016, p. 43-51

Vincent Laureau, Manifestations du temporaire dans la culture urbaine de Bamako (Mali)
Dans la ville de Bamako se manifestent des rapports espace-temps particulièrement intéressants à observer. On peut entrevoir un véritable processus urbain à travers plusieurs exemples d’occupations successives d’un quartier, grâce à l’étude de différents paramètres : fragilité des matériaux, urbanisation informelle, droit coutumier, saisons, sacralité, exode rural. Ces descriptions lointaines invitent à reconsidérer le rôle du temporaire en ville.

Gallais Jean, Hommes du Sahel, Espace-temps et pouvoir, le delta intérieur du Niger 1960-1980, Paris, Flammarion, 1984

Jackson John Brinckerhoff, A la découverte du paysage vernaculaire, Arles, Actes sud, ENSAP, 2003 (1984)

Lefebvre Henri, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968

Rappel du programme complet de la journée