Lieux et Enjeux #2 – 6 mars 2023 – Terrain urbain, terrain humain III : Enseigner hors-les-murs en situations extrêmes

Organisé par Fanny Delaunay, Rainier Hoddé, Salim Boulos, Vincent Laureau.
Invité.e.s : Sabrina Bresson, Paul-Emmanuel Loiret, Bachir Moujaes, Marie Vincent

14h – 18h à l’ENSA Paris Val-de-Seine, salle 701

Les cours théoriques et le studio de projet doivent-ils se dérouler entre quatre murs ? Faut-il inciter les étudiants à sortir des ENSA ou des universités, voire leur proposer d’être « socialement utiles » ? La question de l’engagement sur des enjeux de société́ est au centre d’expériences pédagogiques isolées et de réseaux plus ou moins formalisés. Cette séance est la troisième d’une série consacrée chaque année dans le séminaire Lieux et Enjeux aux questions pédagogiques en ENSA. 

Programme :

Sabrina Bresson (MCF, ENSAPVS, CRH-LAVUE) et Vincent Laureau (MCF, ENSAPVS, CRH-LAVUE)
Workshop Komorebi, Favela Paraisópolis São Paulo – Février 2023

Ce workshop est le fruit d’un partenariat international entre trois institutions : ENSAPVS, FAU – Universidade Presbiteriana Mackenzie São Paulo & Jun Sato Laboratory – University of Tokyo. Le sujet du workshop consiste à concevoir et construire une architecture dans une favela de Sao Paulo, dans un temps très court. Cette démarche pédagogique multidisciplinaire et inter-culturelle est abordé sous l’angle de la recherche-action et de l’expérimentation échelle 1.

Paul-Emmanuel Loiret (Professeur, ENSAPVS, Laboratoire LéaV)
L’atelier du Limousin : co-conception écosystémique et enseignement expérimental

Nous formons l’hypothèse qu’une approche méthodologique par le « design écosystémique », couplée à un atelier de projet expérientiel de master en architecture en « coconcevoir/co-construire » (Designbuild), peut permettre d’agir rapidement et significativement pour la « mutation écologique » des milieux ruraux face aux injustices sociales et territoriales de plus en plus insoutenables, à l’effondrement de la biodiversité et à l’emballement climatique.  

Bachir Moujaes (Architecte urbaniste, ALBA, UoB)
L’urbanisme tactique à Beyrouth, ou comment (re)-faire la ville en temps réel

Au lendemain de l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, l’Académie Libanaise des Beaux-Arts (ALBA – Université de Balamand) s’est mobilisée au service de la ville et de ses habitants. Cette initiative s’inscrit dans le rôle civique que l’ALBA a toujours joué à l’échelle nationale, l’institution étant reconnue d’Utilité Publique par l’État Libanais depuis 1944. C’est dans ce contexte qu’un groupe d’étudiants en 1ère année de Master d’Architecture a intégré l’Atelier d’Urbanisme Tactique pour contribuer à la revitalisation des quartiers sinistrés. La méthodologie de l’atelier est un processus en temps réel dans lequel les étudiants conçoivent, construisent et installent des projets de petite échelle, de faible coût et à court terme dans l’espace public, dans une démarche participative auprès de la communauté locale. C’est dans ces conditions post-catastrophe que l’urbanisme tactique s’avère être encore plus urgent. Il a cette incroyable capacité à recoudre la fabrique urbaine en jouant le rôle de catalyseur pour relancer la vie de quartier. 

L’Atelier d’Urbanisme Tactique de l’ALBA a été créé en 2020, quelques mois après le début de la révolution du 17 octobre 2019 qui a marqué l’enlisement du Liban dans une crise économique sans précédent sur fond de pandémie. Dans ce contexte extrêmement difficile, l’UrTa a relevé le défi d’injecter une énergie positive à Beyrouth en créant des projets utiles qui sortent du cadre académique et s’inscrivent dans le réel. En voulant démontrer que la revendication de l’espace public pouvait se faire autrement que par la violence, les étudiants ont proposé des projets temporaires de petite échelle, faciles à réaliser et peu coûteux qui transforment des espaces publics dévalorisés en lieux de rencontre, d’échange et d’expression. Cette approche ‘bottom-up’ s’apparente à une forme d’acupuncture urbaine pour (re)-faire autrement la ville, plaçant le (re)-vivre ensemble au cœur du débat urbain. 

Marie Vincent (Architecte, ENSAPVS, associée SCOP Atelier 15)
Entre projet de fin d’études et projet de développement pour un village togolais

Poussée par la conviction que la découverte d’un lieu, et l’exigence que demande sa compréhension, laisse souvent place à des résultats inattendus, le choix de l’étranger a pour Marie été une évidence. Il a représenté à la fois une transition forte entre le statut étudiant et le métier d’architecte, mais par son aspect concret et non plus fictif, a également permis de prendre conscience qu'”hors les murs” défendre un projet et les valeurs associées soulève des questions délicates. Au travers de son intervention, l’enjeu est d’évoquer comment les porosités “du mur” lèvent le voile sur la nécessité de savoir s’adapter. 



Citer ce billet
crhlavue (2023, 7 mars). Lieux et Enjeux #2 – 6 mars 2023 – Terrain urbain, terrain humain III : Enseigner hors-les-murs en situations extrêmes. Les séminaires du CRH-LAVUE. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nc51

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search