Lieux et Enjeux #3 (2023/2024) – 08 mars 2024 – Enjeux actuels du discours identitaire. Perspectives africaines

ENSAPVS – Salle 705 – 9h30/17h00

Séance organisée par : Carmen Popescu (CRH-LAVUE)

Alors qu’il semblait être relégué, du moins d’un point de vue épistémologiques, aux recherches sur l’émergence des Etats-Nations, ayant participé de la construction d’une image complexe de la modernité, le concept d’« identité » a ressurgi en force dans les dernières années. Du contexte plus général des polémiques autour de la globalisation jusqu’aux poussées de tensions nationalistes, et en passant par les débats du monde académique, le terme résonne de plus en plus souvent.

Le champ architectural n’est pas en reste. Conflits avec leurs lots de destructions massives, revendications patrimoniales, slogans d’un tourisme débridé, désir renouvelé pour imaginer des communautés (pour paraphraser Benedict Anderson) – le mot a fait un retour plutôt inattendu pour penser et parler de l’architecture. Que veut-il dire aujourd’hui ? de quels messages est-il porteur ? Cette journée d’études propose d’apporter des réponses depuis une perspective dont la focale se situe dans les géographies de l’Afrique subsaharienne.

PROGRAMME

MATIN

09h30 : Accueil/ présentation de la journée et des intervenants

09h45 : Panel 1

Intervention Halimatou Mama-Awal (Maîtresse de conférences ENSA Grenoble ; coordinatrice formation DSA « Architecture de terre », ENSA Grenoble ; chercheure AE&CC, Architecture, Environnement et Cultures Constructives, ENSA Grenoble ; chercheure associée UMR PASSAGES, ENSAP Bordeaux) : Matérialités transitoires en Afrique subsaharienne. De l’identité plurielle aux hybridations architecturales

Percevoir l’efficacité de la recherche scientifique promue par des échanges multiculturels dans la diversité des contextes et des cultures de projet, est la base de mes recherche en architecture.  L’intervention proposée présente le concept de « matérialités transitoires » en Afrique subsaharienne à partir de l’idée des identités plurielles. Ainsi, la réflexion met en avant une préoccupation première : ne plus regarder les rapports Afrique-Europe comme duals mais considérer le patrimoine commun où les métissages sont des richesses qui produisent des qualités qu’il convient de reconnaître, de décrire et de prolonger en actions. Il s’agit de percevoir l’Afrique contemporaine comme un plan de rencontres comme le suggère le philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne. Ou bien d’analyser « Ecrire l’Afrique-monde », résultats des ateliers de la pensée qui se sont déroulés au Sénégal en 2016, où l’historien camerounais Achille Mbembe (Critique de la raison nègre, 2013) affirme la position de reconstruction de l’histoire par les phénomènes de créolisation et la transnationalisation de la condition nègre comme moment constitutif de la modernité dans l’histoire du monde. Et, plus récemment, de regarder comment Achille Mbembe faisant référence à la discipline de l’architecture dans son ouvrage Brutalisme (2020), développe une nouvelle pensée critique sur l’histoire post-coloniale. J’inscris donc mes travaux dans ces courants de pensée de « décolonisation conceptuelle de l’esprit » en reprenant les mots du philosophe ghanéen Wiredu Kwame (Philosopher en Afrique, 2011).

Discutante Carmen Popescu (Professeure ENSA PVS ; chercheure CRH-LAVUE ; chercheure associée LAA, GRIEF)

Questions rapides

Intervention Sylvestre Edjekpoto (Docteur en histoire et en urbanisme des universités d’Abomey-Calavi, Bénin et de Bretagne Occidentale ; chercheur associé Laboratoire Géoarchitecture ; directeur général Institut Afrique Décide pour la Recherche & Développement en Education et Patrimoine culturel, Bénin) : Fabrique de patrimoine culturel et construction d’identité territoriale : La dialectique d’une relation fonctionnelle aux mains des communautés

En matière de patrimoine culturel et de patrimonialisation, plusieurs logiques cohabitent sur les territoires. Le registre patrimonial, ce système constitué de codes d’identification, de valeurs d’appréciation et de sélection, de mécanismes de protection et de méthodes de transmission des biens culturels d’une génération à une autre, revêt deux aspects selon les acteurs qui le conduisent. Il est descendant lorsqu’il est décrété par l’Etat, ses institutions et ses règles et mis en œuvre sur le territoire avec autorité. Il est ascendant quand il est tapi dans les pratiques quotidiennes des communautés qui le secrètent silencieusement par elles-mêmes. L’étude de cette dernière logique de patrimonialisation, menée à Ouidah au Bénin, a permis d’interroger les communautés sur leur perception et leur définition de ce qui, pour elles, fait patrimoine. Les résultats issus de cette dialectique mettent au jour, sans appel, la relation fonctionnelle entre la fabrique du patrimoine culturel et la construction de l’identité territoriale par et pour les communautés avec une place conséquente accordée aux différentes générations (passées, présentes et futures).

Discutant Lionel Prigent (Professeur Institut de Géoarchitecture à Brest ; directeur Laboratoire Géoarchitecture)

Questions rapides

11h15 : pause café

11h30 : Panel 2

Intervention Didier Houenoudé (Professeur, Université d’Abomey-Calavi, Bénin ; professeur invité Technische Universität Dresden) :  Mémoires afro-brésiliennes et patrimoine urbain à Ouidah et Porto-Novo : autour d’une polémique identitaire

Il s’agira de montrer les polémiques que suscitent certaines revendications identitaires de la communauté afro-brésilienne sur son patrimoine; un patrimoine vécu par d’autres composantes socio-culturelles comme celui de la douleur en référence au passé « esclavagistes » de certains membres de la communauté afro-brésilienne.

Discutante Caroline Rozenholc (Maîtresse de conférences ENSA PVS ; chercheure CRH-LAVUE)

Débat animé par Carmen Popescu / Lionel Prigent / Caroline Rozenholc

13h00 : pause déjeuner

APRES-MIDI

14h00 : Panel 3

Intervention Gabriel A-Avava Ndo (Doctorant sous la direction Carmen Popescu/ chercheur GRIEF, ENSA Bretagne) : Identités architecturales au long des itinéraires touristiques au Cameroun

Après une influence formatrice de différents pouvoirs coloniaux (allemands, français et britannique), l’architecture est devenue un des moyens  puissants pour revendiquer une identité locale lors du processus de construction nationale entamé après l’obtention de l’indépendance du pays.

Au fil du temps, l’architecture s’est constituée en terrain de jeu pour la politisation de l’identité. Les deux gouvernements successifs – Ahidjo (1972) et Biya (1982) – ont souvent utilisé l’architecture comme moyen de symboliser et de renforcer l’identité nationale. Cependant, ces tentatives de consolidation des « identités » architecturales du pays ont souvent fait l’objet de débats et de tensions. Certains ont critiqué ces projets comme étant trop centrés sur une vision officielle de l’identité, négligeant la diversité culturelle et architecturale du pays.Plus récemment, les différentes régions du Cameroun cherchent à promouvoir et à préserver leurs modèles architecturaux distincts par le biais du tourisme ou des rencontres culturelles, souvent à contre-courant d’une tendance centralisatrice ou « afrocentrique ». Cette résurgence des revendications identitaires régionales indique l’importance de réinterroger le particularisme des architectures des traditionnelles.

Discutant Didier Houenoudé (Professeur, Université d’Abomey-Calavi, Bénin ; professeur invité Technische Universität Dresden)

Questions rapides

Intervention Solange Kpogbemabou (Doctorante sous la direction de Carmen Popescu/ chercheure CRH-LAVUE) : Identité populaire et réhabilitation de la vieille Mosquée de Dioulassoba à Bobo Dioulasso 

La mosquée de Dioulassoba est classée sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO, de ce fait, elle fait l’objet de réflexions en vue de sa réhabilitation et de son classement. Si les études qui devaient mener aux travaux de réhabilitation de ce patrimoine national se sont déroulées sans encombre visible, la phase de travaux de réhabilitation quant à elle s’est révélée beaucoup plus tumultueuse. Les images et les appartenances des différents protagonistes ont été mises en avant quelque fois avec passion. Toutes fois, le désir de préservation de ce patrimoine est resté intact même si les différents acteurs ne trouvent pas forcément tous leur compte dans cette opération de réhabilitation, en particulier des experts de l’UNESCO sur la question d’authenticité. Pour avoir été maître d’œuvre du projet de réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba à travers un bureau d’étude Burkinabé, ce qui peut être mis en avant ici, ce sont les différentes formes d’identités que la mosquée véhicule et comment les différents désirs d’affirmation de ces identités se sont manifestés tout au long du processus de réhabilitation, un processus qui est d’ailleurs toujours en cours.

Discutante Nadya Rouizem Labied (Maîtresse de conférences associée ENSA PVS ; chercheure AHTTEP, ENSA Paris La Villette)

Débat animé par Didier Houenoudé / Nadya Rouizem Labied

16h00 : pause café

16h15 : Débat final

Intervenants avec la salle/ animé par Carmen Popescu / Caroline Rozenholc

 

La séance sera également accessible par visioconférence via le canal Microsoft Tems suivant : https://vu.fr/mwfn

Dans le cadre de la formation doctorale, le séminaire est également ouvert aux inscriptions sur ADUM pour la validation d’ECTS



Citer ce billet
crhlavue (2024, 1 février). Lieux et Enjeux #3 (2023/2024) – 08 mars 2024 – Enjeux actuels du discours identitaire. Perspectives africaines. Les séminaires du CRH-LAVUE. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqp2

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search