Lieux et Enjeux #5 (2023/2024) – 28 mai 2024 – Villes & énergies au prisme des inégalités

ENSAPVS – Salle 718 – 13h30 – 17h00

Séance organisée par :

Nadine ROUDIL (Sociologue, Professeure à l’ENSA PVS et membre du CRH-LAVUE UMR CNRS 7218, Rédactrice en cheffe de la revue Métropolitiques),

Maylis DESROUSSEAUX (Maîtresse de conférences en urbanisme et droit public à l’Ecole d’Urbanisme Paris, Rédactrice en cheffe de la revue Métropolitiques)

En partenariat avec la revue Métropolitiques

Programme :

13h30 : Accueil

13h45 : Introduction

14h00 : Ute DUBOIS
(Associate Professor of Economy, ISG International Business School, Paris)
Inégalités énergétiques et précarité dans une ville moyenne : le cas de Roanne.

Alors que les problématiques de précarité énergétique sont de mieux en mieux connues, y remédier demeure un défi à l’échelle locale. Il ne suffit pas d’identifier les personnes concernées ; il faut également aborder avec elles les difficultés énergétiques qu’elles rencontrent, les inciter à accepter les aides proposées, et renforcer leur capacité à agir pour améliorer leur situation.

Cette recherche s’appuie sur une série d’entretiens semi-directifs menés en 2019 avec des acteurs locaux du territoire de Roannais Agglomération, intervenant dans divers domaines tels que le social, le logement, l’énergie et la santé. Ces entretiens permettent de mieux comprendre qui sont les « invisibles » et les obstacles à leur identification, notamment en raison du non-recours aux aides. Ils éclairent également la nature multidimensionnelle de la précarité énergétique. Enfin, ils révèlent les méthodes déployées sur le terrain pour favoriser l’accès aux droits des personnes et renforcer leur capacité à agir.

14h30 : Discussion

14h45 : Léa ZNATY
(Urbaniste, Directrice générale adjointe en charge de l’aménagement de la ville de Grigny)
Expérience de géothermie urbaine en copropriété dégradée à Grigny

Résumé : La précarité énergétique a été au cœur des enjeux de redressement de la copropriété de Grigny 2 depuis le milieu des années 2000. En effet, le 2ème plan de sauvegarde (2007-2013) visant à sortir cet ensemble immobilier de la spirale de dégradation dans laquelle il se trouvait, a mis en exergue un coût du chauffage anormalement élevé par rapport aux autres réseaux de chauffage de même ampleur (réseau desservant 5000 logements et des équipements publics), de l’ordre de 25% à 30% au-dessus. Ce réseau de chauffage était alors privé et donc géré par la copropriété par voie de contrat privé. Ce coût de l’énergie a généré de nombreux impayés puisque les copropriétaires, souvent modestes se sont retrouvés dans l’incapacité d’honorer l’ensemble des charges liées au chauffage et à l’eau chaude sanitaire. Le montant des dettes a atteint 3.8 millions d’euros en moins de 5 ans. Face à ce constat, la collectivité a décidé d’agir et de s’engager opérationnellement dès le début des années 2010 dans la structuration d’une offre publique et vertueuse car alimentée par la géothermie profonde. L’enjeu de la municipalisation du réseau de chauffage et du changement d’énergie a été de garantir un prix stable, juste et cohérent au regard des capacités financières des occupants. Ce réseau est en service depuis plus de 5 ans. Depuis, la crise énergétique de 2021-2023 est venue percuter cette mise en service. Une première analyse peut donc être faite pour envisager des perspectives dans le cadre de la stratégie de redressement des copropriétés de Grigny 2.

15h15 : Discussion

15h30 : Garance CLEMENT
(Maitresse de conférences en sociologie, Université Haute Alsace, Laboratoire SAGE (UMR-CNRS- 7363))
«On ne payera pas !» Les conditions domestiques de l’engagement dans la grève des factures énergétiques au Royaume-Uni

Résumé : Au printemps 2022, en réponse à la hausse sans précédent des prix de l’énergie au Royaume-Uni, le collectif Don’t Pay UK! initie un mouvement de non-paiement des factures de gaz et d’électricité. D’un côté, cette mobilisation s’apparente à une forme de désobéissance civile relativement banale. De l’autre, en portant sur l’objet « énergie », elle touche directement aux structures de la vie domestique. Cet épisode permet à ce titre d’interroger à nouveau frais les liens entre engagement et sphère privée. A partir d’une enquête de près d’un an conduite par observation participante et entretien, j’analyserai comment la mobilisation s’inscrit dans les trajectoires résidentielles des militant.es et l’incidence qu’elle a en retour sur leurs rapports au foyer.

16h00 : Discussion

16h15: Mot de conclusion

17h00 : Clôture de la séance

La séance sera également accessible par visioconférence via le canal Microsoft Tems suivant : https://vu.fr/OxIA

Dans le cadre de la formation doctorale, le séminaire est également ouvert aux inscriptions sur ADUM pour la validation d’ECTS



Citer ce billet
crhlavue (2024, 10 mai). Lieux et Enjeux #5 (2023/2024) – 28 mai 2024 – Villes & énergies au prisme des inégalités. Les séminaires du CRH-LAVUE. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11np3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search